Sur le terrain

Bernard Sachsé Sept vies à cheval

Bernard Sachsé Sept vies à cheval
Bernard Sachsé et son épouse Agnès montant Nabo. Curieux de tout, Bernard utilise la respiration pour développer la relation cavalier-cheval © Isabelle Bennett

Arriver aux Écuries de Tourly, havre de paix pour les humains et les animaux, constitue une délicieuse récompense. Surtout en venant de Paris, encore imbibée de ses miasmes délétères et de son agitation ! Situé en plein coeur du Vexin français, ce manoir datant du XIIe siècle abrite depuis 1999 Bernard Sachsé, sa femme, leur progéniture, leurs chevaux et ceux de propriétaires chanceux. Un gîte en location, installé dans les dépendances, offre aux amoureux des chevaux – et aux autres – la possibilité d’y passer un séjour dont ils se souviendront !

 En effet règne au sein de cette demeure une atmosphère toute d’intensité, de générosité et d’ouverture. La philosophie du maître des lieux semble imprégner murs et air ! Car nul doute à cet égard : ce personnage est rare et instaure autour de lui, sans le vouloir, un climat particulier. Exemplaire, il donne envie de se surpasser. Quand son épouse et égérie, Agnès, évolue à cheval, sous les conseils de son enseignant de mari, elle embellit et améliore visiblement son travail. Il faut dire que la voix nette aux ordres précis de ce cavalier hors pair incite à l’obéissance, avec la réussite en ligne de mire. « Doucement ! Garde l’assiette ! Voilà. Il faut que tu sentes que cela vient du sol. »

 “Les chevaux m’avaient pris”

 Avant d’arriver à cette sérénité et ce savoir-faire, le parcours de ce séduisant quinquagénaire, né le 20 novembre 1963 à Paris, confiant « Mon départ, c’est éleveur-paysan-cavalier ! », s’avère long, parsemé d’obstacles et d’épreuves, mais de plaisirs aussi et de satisfactions dûment mérités.

 Dès 7 ans, le garçonnet commence à se lier avec la race équine. Il le confesse dans son livre Sur mes quatre jambes (édité au Rocher une première fois en 2005, une seconde fois en 2014) :  « J’ai compris que les chevaux m’avaient pris. » Dès lors cette passion transformée en profession de foi, puis en profession tout court, ne le quittera plus.

 Dans sa banlieue de Colombes (Hauts-de-Seine), le garçon, orphelin de père à 3 ans, commet quelques frasques. La mère de Bernard, professeur – le sens de la pédagogie possède sans doute chez les Sachsé une origine génétique, même s’il se développe avec le temps – décide d’acheter une maison en Bretagne pour l’éloigner de ses fréquentations et de ses tentations. La rencontre avec un étalonnier, Jean-Marie Rouillé – transposition (peut-être) d’une figure paternelle absente – qui élève des postiers bretons, possède des pur-sang, des anglo-arabes et livre les Haras nationaux, fonctionne comme un déclencheur. Auprès de lui, le jeune Bernard apprend les gestes nécessaires à la campagne et à développer ses talents d’acrobate : « Comment courir à côté des bêtes, comment synchroniser les mouvements des antérieurs et de mes propres jambes, comment les arrêter net avec suffisamment de souplesse pour pouvoir enchaîner les demi-tours à droite, alors qu’on court le long de leur épaule gauche. »

 Tout naturellement l’adolescent tente et réussit le concours d’entrée au Haras du Pin. Sa confrontation avec l’abus de pouvoir via le bizutage s’avère rude. L’obstiné tient : ses heures de mise en selle dans le manège le rendent indéboulonnable. Les cours théoriques le comblent. Sa philosophie se forge : dans ses relations avec les chevaux, l’élève Sachsé prône déjà ce qui se révélera le fil conducteur de son existence : communication, douceur et exigence. Début de sa troisième année de formation, sa mère disparaît à son tour. Il a 17 ans, la fougue de cet âge, et ne parvient pas à appliquer ces sages principes avec certains individus peu estimables de son point de vue. Résultat : il en vient aux mains avec deux d’entre eux coupables, à son avis, d’agissements injustes envers lui, dont un enseignant ! Bernard frôle l’exclusion et refuse de demeurer, sous condition, dans la vénérable institution...Lire la suite...